Réfugiés / demandeurs d’asile / travailleurs étrangers au sein de la société israélienne – attention particulière au sud de Tel-Aviv – Tel Aviv – Israël – 11 Janvier 2018

[vc_row]

403ème rencontre

Jeudi 11 janvier 2018

IVA [en partenariat avec CIEUX] – Centre d’accueil des migrants – Tel-Aviv, Israël

Thème : Réfugiés / demandeurs d’asile / travailleurs étrangers au sein de la société israélienne – attention particulière au sud de Tel-Aviv

Lors d’une journée, le sujet :
“Réfugiés / demandeurs d’asile / travailleurs étrangers au sein de la société israélienne – attention particulière au sud de Tel-Aviv”.

Compte-rendu :
Tel-Aviv offre l’expérience d’explorer une partie de la ville principalement inconnue – avec ses problèmes et défis spécifiques. La population se compose principalement de personnes ayant un faible statut socio-économique et des antécédents migratoires.

Dans ce domaine, plusieurs problèmes peuvent être abordés et discutés : le cadre politique selon cette population, la pauvreté, la relation entre les citoyens israéliens et les immigrants (réfugiés, demandeurs d’asile, travailleurs étrangers), les aspects historiques, les organisations sociales etc…, et partout dans le monde : la politique migratoire, les travailleurs migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile.

Principaux objectifs du séminaire :
Donner aux volontaires un espace pour des échanges personnels et apprendre à se connaître ; fournir des informations sur l ‘«arrière-cour» de Tel Aviv – historique, population, situation actuelle, cadre politique, questions spécifiques ; présenter différentes organisations israéliennes travaillant avec les travailleurs migrants, les réfugiés, les demandeurs d’asile, pour illustrer les possibilités et les limites dans le domaine de la protection sociale ; permettre au volontaire de réfléchir sur la situation migratoire de son pays à la lumière de son expérience de Volontaire en Israël. Pour cela une réunion et une visite guidée à travers le sud de Tel Aviv avec Tali de l’ASSAF (Organisation d’aide aux réfugiés et demandeurs d’asile en Israël) a été organisée.
L’organisation ASSAF a été fondée en 2007. L’objectif est de promouvoir les droits des réfugiés par un plaidoyer et une description du soutien aux personnes dans le besoin auprès des pouvoirs publics.

Tali nous a accueillis dans l’une de ses installations qui sert de Centre de consultation et de jeunesse pour la communauté des réfugiés/demandeurs d’asile.
Tali a fourni les premières informations sur le travail de l’ASSAF, pourquoi elle est nécessaire, les statistiques et un aperçu de son intervention au cours du séminaire.

Après son introduction, une visite à travers le quartier a permis un aperçu des conditions de vie de la population principale dans cette région. Tali a donné des explications concrètes sur la façon dont le sud de Tel-Aviv s’est développé dans la «cour arrière» de la ville. Elle a également clarifié la situation de cette population dans leurs pays d’origine (principalement d’Érythrée et du Soudan), le chemin parcouru par ces personnes et leur vision de l’Israël.
L’accent a été mis sur le processus législatif actuel du gouvernement israélien pour expulser des milliers de demandeurs d’asile vers d’autres pays  (par exemple le Rwanda), les conséquences pour les personnes affectées et le travail de l’ASSAF pour les défendre.

2) Présentation du travail de “Mesila” et discussion avec Avigail (Mesila)
En 1999, la municipalité de Tel-Aviv-Yafo a créé le Centre d’information et d’assistance pour les travailleurs migrants et les réfugiés de Mesila, en collaboration avec l’Agence juive pour l’Israël et les services éducatifs et culturels d’Israël en tant qu’Organisation à but non lucratif. Fondamentalement, Mesila fait partie de la Welfare Human Services Administration du sud de Tel Aviv et tente de fournir une réponse appropriée et complète aux droits et aux besoins des dizaines de milliers de travailleurs migrants et de réfugiés légaux et illégaux vivant dans et autour de la ville. L’objectif principal de Mesila est d’accorder une assistance sociale, éducative et médicale à cette population.

Avigail, l’un des employés de Mesila, a présenté les faits et les statistiques des bénévoles sur le travail de cette Organisation. En se basant sur le contenu déjà fourni lors de la visite, les participants ont pu se faire une idée des différentes histoires de vie et des problèmes spécifiques comme : la garde des enfants avant que le système formel d’éducation israélien soit responsable, les conditions de vie, les législations, les traumatismes et autres difficultés psychologiques, les lacunes culturelles, etc…

3) Atelier “Mon récit”
Après ces deux séances d’information, les volontaires ont été invités à un processus d’auto-réflexion. Ils ont été encouragés, chacun, à intégrer leurs expériences précédentes à leur perspective de vie, et à réfléchir et à discuter de la situation dans leur pays et/ou leur ville.

1. Le groupe a été divisé par nationalités. Dans chacun de ces groupes (un groupe italien, un groupe allemand, deux groupes français), les volontaires ont pu se présenter, en précisant d’où ils venaient et quelles expériences ils avaient de l’immigration dans leur lieu d’origine. L’attention de l’animateur s’est portée sur la perception, la sensibilisation et l’expérience de chacun, de l’impact sur la vie de chacun et des éléments de réflexion qui en ressortent.

2. Les groupes ont été nouvellement répartis en unités de travail mixtes (Italiens, Français et Allemands ensemble). Ces petits groupes ont reçu deux questions à traiter avec leur point de vue et leur expérience.
Premier tour : Introduction au groupe
Deuxième tour : Réfugiés en Israël (Tel Aviv) – Avez-vous déjà entendu parler de ce sujet ? A votre avis, est-il pertinent d’en parler ?
Troisième tour  Votre ville en Israël/ville d’origine en Europe – Le sujet des réfugiés/La venue des travailleurs étrangers est-elle pertinente pour votre région ? Quelles différences/parallèles voyez-vous entre votre pays et l’Israël à ce sujet ?

3. Après les discussions de groupe, chaque volontaire a reçu une tâche individuelle. Chaque volontaire a reçu une feuille de papier avec deux questions. Ces questions ont encouragé les volontaires à écrire leur opinion et leurs idées personnelles pour trouver une solution à ce sujet, sur le plan personnel, social ou politique.

4. Après ce travail de bonne concentration, les documents des volontaires ont été présentés ouvertement comme une exposition. Les volontaires pouvaient se promener et découvrir d’autres récits, idées et perspectives.

4) Fermeture, réflexion et rétroaction
Après ces sessions intenses, l’équipe du séminaire a fourni un résumé de la journée et le descriptif des différentes étapes de travail. Les volontaires ont été invités à partager leurs réflexions, à poser des questions et à donner leur avis.Une invitation faite aux bénévoles a permis aux participants intéressés d’aider l’équipe du séminaire à utiliser les idées et les déclarations écrites pour la synthèse et son utilisation ultérieure.