Autrui – Lycée catholique Thérèse Chappuis – Paris 7ème – 22 novembre 2005

5ème rencontre

Mardi 22 novembre 2005

C.I.E.U.X. de Paris 7ème – Lycée catholique Thérèse Chappuis, 52 rue Vaneau 75007 Paris

Témoignage de Delphine Pasquier, professeur de Philosophie au lycée Thérèse Chappuis, 52 rue Vanneau, 75007 Paris, 6 janvier 2006

La société française a évolué et il faut convenir de ceci : la France, qui, de par son passé, a été fortement liée à la religion catholique, ne l’est plus aujourd’hui. En effet, force est de voir que la France est bigarrée en raison même de son devenir historique. Curieusement, la connaissance de l’autre et de sa religion n’a pas été encouragée et de ce fait, l’ouverture envers autrui et ses différences culturelles n’ est guère probante et encore moins satisfaisante. Pourquoi ?

Il n’est pas rare de constater qu’au sein d’une même classe, que ce soit de la maternelle à la Terminale, certains élèves français soient issus d’origines et de pays éloignés de la France. Ces élèves sont les futurs citoyens de demain, citoyens de la France mais aussi à une échelle plus grande, des citoyens du monde. Mais à ne pas voir et donc à méconnaître ces diverses origines et diverses religions, nous méprisons, semble-t-il, nos chères valeurs républicaines et démocratiques et nous favorisons du même coup l’ignorance, la peur et des incompréhensions irraisonnées. La question se pose donc de savoir ceci : Est-ce le rôle de l’Ecole, qu’elle soit publique ou privée, de favoriser l’ignorance, la peur et les incompréhensions ? L’école instruit ! Par conséquent, la réponse à la question semble évidente. Toutes et tous, parents, enseignants et politiques, nous savons combien il est facile de provoquer l’intolérance, cette condamnation de l’autre au nom d’une prétendue différence. Ainsi donc, afin d’éradiquer r intolérance qui est souvent issue de notre ignorance, il sagit de prendre conscience de ceci : La Religion en soi n’est pas mais il existe des religions. Chacune d’entre elles possède une histoire et donc un devenir. Ce point a été notifié il y a quelque temps et le projet d’un enseignement de l’histoire des religions au sein du programme scolaire a été évoqué. Mais qui peut véritablement faire cet enseignement ? Les professeurs d’histoire ont été mentionnés comme étant ceux qui étaient les plus compétents ; compte tenu que c’est le critère historique des religions qui doit ici primer. Mais le problème pratique auquel on se confronte assez vite consiste en ce que certains professeurs, ou bien ne voulaient pas le faire, ou bien ne se sentaient pas capables de le faire.

Ainsi, des associations comme l’association C.I.E.U.X répond à nos yeux à ce problème et montre combien un peuple peut être uni malgré la diversité des religions au sein d’un môme pays. Le rôle de l’école, qu’elle soit publique ou privée, demeure le même : faire voir les choses telles qu’elles sont. Or, d’où naissent les extrémismes que nous retrouvons hélas comme déviances des différentes religions ? De l’ignorance et du désintérêt ! Savoir apprécier la différence et voir en elle une richesse et non un facteur de conflit, voilà l’une des principales tâches, nous semble-t-il, de l’association C.I.E.U.X. Elle est donc un outil pédagogique, moral, culturel et surtout politique au sens où le citoyen doit enfin comprendre pourquoi les Eglises seules ne répondent pas à l’épanouissement de chacun de ses citoyens français. L’école, de par sa neutralité, doit empêcher, au nom de la paix et de la sécurité de chacune et de chacun, des amalgames et montrer par là qu’une religion n’est pas une secte ou qu’une religion n’a rien à voir avec un extrémisme ou le terrorisme.

Pour se faire, l’école a besoin d’associations comme C.I.E.U.X car elles permettent enfin la compréhension de ce que sont les religions. L’Etat et l’Ecole publique comme privée se doivent de faire barrage aux sectes et aux intégrismes. Face à la terreur engendrée par l’obscurantisme, nous devons réagir. L’Islam n’est pas le terreau de l’islamisme et du terrorisme. Or, actuellement, tout se passe comme si cette idée devait être fondée. Pourtant, force est de constater que l’intégrisme existe quand volontairement on ne permet pas aux gens de faire la différence entre une religion et sa déviance. Toute religion a des déviances qui peuvent provoquer la terreur mais aucune religion, dans une société où l’Etat est neutre en matière de religion, ne peut se permettre de laisser la jeunesse dans l’ignorance. Permettre cette ignorance, c’est quelque part aider à l’incompréhension et donc quelque part favoriser l’obscurantisme. La jeunesse n’a pas toujours les armes pour combattre la haine mais on peut lui faire confiance quant à son jugement dès lors qu’il est fondé sur des explications claires et précises. L’Association C.I.E.U.X. a le mérite de permettre et de favoriser ce jugement.

Alexandre Vigne
Hervé-Elie Bokobza
Antoine de Monicault
Jean-Pierre Allali
Guen lhamo
Voter ici