Lancement d’un dialogue interreligieux et civique de proximité – Eglise catholique Saint-Ambroise – Paris 11ème – 18 novembre 2007

34ème rencontre

Dimanche 18 novembre 2007

C.I.E.U.X. de Paris 11ème – Eglise catholique Saint-Ambroise, 2 rue Saint-Ambroise, 75011 Paris

 

Réunion constitutive du CIEUX-Nation de Paris

Compte-rendu de la séance du 18 novembre 2007

 

 

 M. Hammadi HAMMAMI

 

 

Le dimanche 18 novembre à 15 heures, les responsables et les fidèles de lieux de culte du 11ème arrondissement de Paris, se sont réunis dans une salle paroissiale de l’église Saint Ambroise (salle Saint Vincent), sur convocation adressée individuellement à chacun par René Coulon et Josiane Perronet, responsables du Groupe de Dialogue Inter-Religieux de Saint-Ambroise.

 

Etaient présents à l’ouverture de la séance :

 

  • Père Jean LOUVEAU, prêtre de Saint Ambroise, accompagnateur de la communauté

catholique du CIEUX-Nation

 

–    M. le Rabbin Rav Meir MALKA, rabbin de la synagogue Abravanel, rue de la Roquette

 

–   M. Hichem BAKRI, porte-parole de M. Hammadi HAMMAMI, président de la fédération de     mosquées Foi et Pratique

 

–    M. Ali BOUAZA, représentant du Cheikh Ahmed de la Mosquée Omar (Foi et Pratique), rue     Jean-Pierre Timbaud

 

  • Madame Josiane PERRONET et M René COULON, responsables du Groupe de Dialogue Inter-Religieux de Saint-Ambroise (G.D.I.R), 2, rue Saint Ambroise

 

  • Alexandre VIGNE, Président de l’association C.I.E.U.X

 

Excusé ayant donné leur accord pour participer au CIEUX-Nation :

 

  • Haydar DEMIRYUREK, responsable de la mosquée place de la Nation, Secrétaire-Général du CFCM et président du Comité de Coordination des Musulmans Turcs de France

 

–   M. le pasteur Vincent HUBAC, membre du Conseil National de l’Eglise réformée de France et  pasteur  de la paroisse Le Foyer de l’âme, 7 bis rue du Pasteur Wagner

 

Absent excusé ayant exprimé le souhait de participer ultérieurement au CIEUX-Nation :

 

–    M. le pasteur Daniel BOUYSSOU, membre de l’Eglise luthérienne pasteur de la paroisse Le bon secours, rue Titon

 

Alexandre Vigne constatant que, malgré les grèves de métro et les manifestations qui « bouclaient » le quartier,  la majorité des représentants de lieux de culte invités était présente, ouvre la séance à 15h10 sur l’ordre du jour prévu par la convocation à laquelle étaient jointes des notes présentant l’association C.I.E.U.X.,  un aide-mémoire des réunions de travail à l’Assemblée Nationale ainsi que la Charte sur les droits et devoirs universels. Cette dernière était par ailleurs affichée en grand format sur les murs de la salle.

  • Lecture de l’ordre du jour

 

  • Présentation des communautés partenaires. Par religion : nom et coordonnées du responsable de lieu de culte et du responsable de communauté, adresse du lieu de culte.

 

  • Choix de la fréquence des rencontres inter-communautaires :
  • mensuelle ?
  • bimestrielle ?
  • trimestrielle ?
  • semestrielle ?
  • annuelle ?
  • date de la 1ère rencontre inter-communautaire :

 

  • Choix de la fréquence des célébrations de la Parole préparant (au sein de chaque lieu de culte) les rencontres inter-communautaires :
  • hebdomadaire ?
  • bimensuelle ?
  • mensuelle ?
  • bimestrielle ?
  • trimestrielle ?

 

  • Choix du droit ou devoir universel et du mot-clef (cf Parcours des CIEUX) en vue de la 1ère rencontre inter-communautaire. Le droit ou devoir retenu est étudié à partir d’un mot-clef lors de chaque célébration de la Parole. Par exemple :
  • Droit/Devoir proclamé: le devoir de promouvoir l’amour envers l’homme et son œuvre créatrice (Déclaration des Nations Unies concernant la promotion parmi les jeunes, des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples)
  • Mot-clef étudié : Amour

 

  • Désignation du coordinateur du CIEUX parmi les responsables de communauté (les responsables des communautés partenaires sont appelés à être les uns après les autres coordinateur du C.I.E.U.X., à tour de rôle après chaque rencontre inter-communautaire).

 

 

  • Présentation des communautés partenaires.

 

Après la lecture du Psaume n°1 par Josiane Perronet, Alexandre Vigne donne la parole à René Coulon qui prononce le discours d’ouverture suivant :

 

«  Monsieur le Président,  chers amis,

 

            Le Groupe de Dialogue Inter-Religieux de Saint-Ambroise est heureux de vous accueillir, pour partager ce temps fort de la rencontre de lancement du CIEUX-Nation.

 

            CIEUX est un projet très ambitieux, une grande aventure à vivre qui sort de l’ordinaire, une expérience à venir d’avant-garde si l’on peut dire et qui s’annonce passionnante.

 

            Dans le cadre du VIVRE ENSEMBLE au sein de nos quartiers, nos cités et plus largement de la société, le groupe de Saint-Ambroise est partie prenante de ce projet qui, s’il est bien vécu comme nous le souhaitons et avec l’aide du Seigneur, nous amènera à nous interroger sur notre foi et en faire un enrichissement réciproque.

 

            Chacune de ses étapes sera vécue en deux temps :

           

  • Le premier temps, dans nos lieux de culte respectifs (ou leurs annexes), nous verra examiner (scrutation) dans nos propres religions, ce que dit la Parole de Dieu en mettant en vis-à-vis, les Droits de l’Homme ainsi que les devoirs et vertus que cela confère.

 

  • Le deuxième temps sera la ‘mise en commun’ de nos réflexions en rencontre 

interreligieuse, sans prosélytisme ni syncrétisme.

 

 

Merci, Monsieur le Président, cher Alexandre Vigne, de ce beau projet, merci à vous tous de votre participation. Ceci doit permettre de mieux nous connaître dans nos différences, de nous apprécier, de nous respecter sans exclure, bien sûr, ceux qui, sans être croyants ou restant dans le doute, y trouveraient intérêt ». Fin de citation

 

Alexandre Vigne donne la parole au Rabbin Malka

 

  1. le Rabbin confirme que les Dix commandements constituent le pendant nécessaire des droits de l’homme. Les Commandements ne sont pas des injonctions paternalistes par lesquelles un Dieu sourcilleux aliènerait la liberté individuelle, explique-t-il. Leur but n’est pas d’humilier l’homme, de l’asservir mais au contraire de le libérer de l’esclavage des passions et des idoles : jalousie, argent, drogues… Le rabbin Malka indique que, dans la traduction juive, les Dix commandements sont appelés Dix Paroles : « hassérét adibérot ». Les Commandements sont donc avant tout des Paroles, des conseils, des orientations, des incitations, des exhortations, des préceptes éthiques, des appels à chercher le bien-vivre et à refuser le mal, commente-t-il. Par ailleurs, M. le Rabbin constate qu’à l’échelle d’une société, la loi permet de fonder le vivre-ensemble sur l’estime réciproque et la fraternité des citoyens qui la respectent. De même souligne-t-il, dans la religion juive, les Commandements permettent de bâtir une communauté sur l’estime réciproque et la fraternité des fidèles qui cherchent à les observer avec l’aide du Très-Haut. Le rabbin Malka indique que cette solidarité fraternelle est inspirée par la législation mosaïque elle-même, à travers ses incitations à la justice et à la charité : « mishpat utzedaqah », la vérité et la miséricorde, « hesed we-emet ». Il déclare approuver le projet CIEUX tout en précisant que les fidèles juifs ne respectent pas seulement les Dix Paroles. Pour eux, explique-t-il, les 613 Commandements ont la même importance même ceux qui paraissent minimes, comme « tu ne mélangeras pas le lait et la viande ». Cependant, il est bon comme le propose CIEUX conclut-il, qu’à partir de la Parole germe d’autres paroles : celle des hommes.

 

Oui, confirme Alexandre Vigne et afin qu’ « il émerge toujours une voix à la fois religieuse, républicaine et laïque », comme l’a dit le Premier Ministre à la Grande Mosquée de Paris le 18 septembre dernier. Haydar Demiryurek, Secrétaire-Général du CFCM, était bien sûr présent et m’a confié, rapporte Alexandre Vigne, combien François Fillon avait su parler à l’Islam de France. Pour Haydar aussi le citoyen et le croyant sont complémentaires : chacun respecte la res publica, la chose publique, la République, non dans l’indifférence des autres mais en lien avec le corps social. En tant que responsable de la mosquée place de la Nation et président du Comité de Coordination des Musulmans Turcs de France, Haydar devait participer à notre réunion, signale Alexandre Vigne. Il vient de téléphoner pour dire qu’il avait enfin pu se garer mais qu’il avait dû reprendre sa voiture à la demande de la police à cause des manifestations de la « semaine sociale ». Comme il ne trouve plus de place, il n’est pas certain de pouvoir nous rejoindre, informe-t-il.

 

 

 

 

Alexandre Vigne donne la parole à Hichem Bakri

 

Hichem Bakri se déclare très favorable à vivre, au sein du mouvement « Foi et pratique », le projet « CIEUX » car « on ne peut pas vivre sans foi ni loi ». La pratique du bien, ihsan, est un commandement qui découle des « cinq piliers de l’Islam » relève-t-il. Pour les Musulmans le respect des Dix commandements allait d’autant plus de soi, explique-t-il, que Moïse selon le Coran les avait reçus directement de Dieu sous forme de Table, de feuillets ou de parchemins…tandis que Muhammad, lui, avait entendu la Parole de Dieu grâce à un intermédiaire : l’ange Gabriel. Avec Moïse comme avec Muhammad, relève Hichem Bakri, la Parole est dictée sous la forme d’un texte écrit. Pour les musulmans, explique-t-il, les Tables de la Loi et le Coran sont donc des textes prophétiques où Dieu révèle ses Commandements aux hommes. La pratique de la foi n’a d’autre but, souligne-t-il, que de faire fructifier les vertus sur lesquelles repose l’éthique musulmane : la justice, le pardon, la solidarité, la fidélité, la patience, la sincérité, l’amour du prochain…Ces vertus, note Hichem Bakri, favorisent également le vivre ensemble. L’obéissance est aussi une vertu musulmane et elle s’impose envers l’Etat dans cet adage signale-t-il : « Man ishtaddat wat’atuhu wajabat ta’atahu ». L’islam est une religion de paix qui respecte les droits individuels, plaide-t-il, sa morale a des bienfaits sur la vie publique : « maslahaal’amma ».

 

Alexandre Vigne donne la parole au Groupe de Dialogue Inter-Religieux de Saint-Ambroise.

 

Le père Jean Louveau se réjouit de cette démarche et assure la communauté chrétienne de sa présence lors des différentes réunions. Il fait référence à la publication en 1991 de Dialogue et Annonce par le Conseil Pontifical pour le dialogue interreligieux et la Congrégation pour l’évanglisation des peuples. CIEUX met en œuvre l’une des quatre formes de dialogue interreligieux identifié dans ce document, juge-t-il : non pas le dialogue des spécialistes, réservé aux théologiens, ni celui des mystiques, notamment des moines qui transmettent leurs voies de recherche de l’Absolu, ni proprement non plus celui des œuvres caritatives mais « le dialogue de la vie, où les gens s’efforcent de vivre dans un esprit d’ouverture et de bon voisinage, partageant leurs joies et leurs peines, leurs problèmes et leurs préoccupations humaines » (Dialogue et Annonce, 42).

Josiane Perronet et René Coulon rappellent que la présente réunion a été préparée par une série de rencontres auxquelles ils ont participé en tant que responsables du Groupe de Dialogue Inter-Religieux de Saint-Ambroise (G.D.I.R), à l’invitation d’Alexandre Vigne :

-le mercredi 12 septembre à la mosquée turque 17 place de la Nation. Haydar Demiryurek avait donné son accord pour participer au projet CIEUX avec sa communauté.

-le jeudi 13 septembre à la synagogue Abravanel du 84 rue de la Roquette pour célébrer Rosh ha-shana au côté du rabbin Malka. A cette occasion, le président Serge Benhaïm a annoncé à 400 fidèles juifs l’existence de l’association CIEUX. De fait, c’était la première fois que des fidèles de base (Josiane Perronet, René Coulon et Alexandre Vigne) étaient invités au côté de hauts responsables de lieux de culte (dont les pasteurs Vincent Hubac et Daniel Bouyssou ainsi que Djelloul Seddiki, responsable de la formation des imams et des aumôniers à la Mosquée de Paris), ce qui donnait sens à la démocratisation du dialogue interreligieux instaurée par l’association CIEUX.

-le mercredi 24 octobre au siège du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) où Alexandre Vigne était auditionné par la Commission du dialogue avec les ONG, les syndicats et les associations à la demande de son président, Jean-Pierre Allali, membre du bureau exécutif du CRIF et de CIEUX.

 

  • Choix de la fréquence des rencontres inter-communautaires :

 

Le rabbin Malka propose que les communautés du CIEUX-Nation dialoguent toutes les six semaines. Compte tenu des nombreuses activités en cours à Saint-Ambroise, le père Louveau préfère que les rencontres interreligieuses aient lieu toutes les douze semaines. A l’unanimité, les responsables de lieux de culte donnent un avis favorable à cette dernière proposition. La rencontre inter-communautaire est fixée au 10 février 2008 à 16h dans la salle paroissiale Saint-Ambroise située au 1 bis rue Lacharrière.

 

  • Choix de la fréquence des célébrations de la Parole préparant (au sein de chaque lieu de culte) les rencontres inter-communautaires 

 

Alexandre Vigne lit le déroulement de la célébration de la Parole annexée à la Charte des CIEUX. Il rappelle que cette célébration est organisée par chaque lieu de culte partenaire du CIEUX-Nation,  pour ses propres fidèles. Conformément à la Charte, explique-t-il, afin d’éviter tout prosélytisme et syncrétisme mais aussi pour satisfaire le besoin anthropologique d’intimité, le fidèle d’une religion ne doit pas participer aux célébrations de la Parole d’une autre, sans quoi il s’exclurait de lui-même de l’association CIEUX. Le rabbin Malka, le père Louveau et Hichem Bakri approuvent le déroulement de la célébration de la Parole. Le rabbin Malka précise que les femmes et les hommes ne chantent jamais ensemble dans une synagogue consistoriale, ce qui le conduira à chanter lui-même ou à organiser des célébrations de la Parole sans chants. Josiane Perronet fait part, au nom du Groupe de Dialogue Inter-Religieux de Saint-Ambroise, de son souhait de limiter à deux ou trois le nombre de chants au lieu de six préconisés par le canevas de célébration type. Hichem Bakri estime que la célébration de la Parole est parfaitement adaptée au culte musulman même si elle constitue une innovation. En effet explique-t-il, dans la pratique de leur foi, les fidèles citent déjà les versets du Coran en déclarant « Dieu a dit ceci… ». Jamais, précise-t-il, pour aucun des 6236 versets du Coran, les fidèles déclarent : « Muhammad dit cela ». A l’inverse, les juifs et les chrétiens qui ont depuis toujours célébrés la Parole, observent-ils, déclarent « Moïse a dit cela » ou « Lecture des actes des apôtres », de préférence à « Dieu dit… » ou « il est écrit… ». Le père Louveau explique que pour les chrétiens, la Parole n’est pas le Livre Saint en tant que tel mais le Verbe de Dieu qui s’est fait chair en Jésus-Christ. C’est pourquoi après chaque proclamation précise-t-il, le lecteur dit « Parole du Seigneur » et l’assemblée répond « nous rendons grâce à Dieu » ou « Louange à toi Seigneur Jésus ». Le père Louveau fixe au 17 décembre 2007 et au 21 janvier 2008 les dates des célébrations de la Parole préparant la contribution de Saint-Ambroise au dialogue interreligieux. Elles se dérouleront à 19h salle saint Vincent, au 2 rue Saint-Ambroise.

 

  • Choix du droit ou devoir universel et du mot-clef (cf Parcours des CIEUX) en vue de la 1ère rencontre inter-communautaire.

 

Alexandre Vigne demande aux responsables de lieux de culte de choisir l’un des dix droits et devoirs universels ainsi qu’un mot commun aux Livres Saints pour l’éclairer. Le rabbin Malka propose que  le droit à la liberté d’expression, d’information, de réunion et d’association (Pacte international relatif aux droits civils et politiques) fasse l’objet du prochain dialogue interreligieux et que le mot Annonce soit étudié dans les célébrations de la Parole respectives. A l’unanimité, les responsables de lieux de culte donnent un avis très favorable à cette proposition.

 

  • Désignation du coordinateur du CIEUX parmi les responsables de communauté

 

La rencontre interreligieuse prévue le 10 février 2008 devant se dérouler à Saint-Ambroise, René Coulon et Josiane Perronet en sont les coordinateurs pour le GDIR et Alexandre Vigne pour le CIEUX-Nation.

 

L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 17h30.

 

 

C.I.E.U.X. 6 bis, rue du cloître Notre-Dame 75004 Paris

Contact : Alexandrevigne@yahoo.fr *  tel : 06/76/84/51/97 * N° SIREN : 483 995 387

 

Annexe

 

Compte rendu de la réunion du G.D.I.R. de Saint Ambroise dans le cadre de C.I.E.U.X.

(Comité Interreligieux pour une Ethique Universelle et contre la Xénophobie)

 

Dimanche 18 novembre 2007 à 15h – Salle Saint Vincent

 

Cette réunion a pu avoir lieu, après diverses démarches auprès des responsables des lieux de culte des trois religions monothéistes du 11ème arrondissement de Paris.  A savoir, la Mosquée, Place de la Nation, Responsable M. Haydar Demiryurek, Secrétaire Général du C.F.C.M., la Synagogue Abravanel, rue de la Roquette, Responsables le Président M. Serge Benhaïm et le Rabbin Rav Meir Malka, ainsi qu’une réunion au siège du C.R.I.F., organisée par M. Jean-Pierre Allali, membre du bureau exécutif.

 

Etaient présents, le 18 novembre 2007, le Président de C.I.E.U.X. M. Alexandre Vigne, le père Louveau, le Rabbin Malka, Bakri Hichem, son ami Ali, Représentants du Cheikh Ahmed de la Mosquée Omar, rue Jean-Pierre Timbaud, les fidèles de notre Groupe et quelques jeunes intéressés par notre démarche au sein de C.I.E.U.X. Compte tenu des grèves et de la manifestation boulevard Voltaire, d’autres personnalités invitées n’ont pu parvenir jusqu’à nous. Les portables n’arrêtaient pas de sonner, pour nous prévenir des diverses démissions.

Après le discours de bienvenue de René et l’ouverture de la séance donnée par M. Alexandre Vigne, un psaume a été lu, comme à chaque début de réunion de notre Groupe, le psaume 1 qui a servi d’entrée en matière à l’exposé du Rabbin Malka sur le Décalogue et son application dans toute la vie religieuse et civile de tout juif pratiquant. Le Rabbin Malka est en charge de la Synagogue Abravanel depuis environ 6 mois. Auparavant il a été 6 ans en Normandie, aux environs de Lisieux, où il a pratiqué régulièrement le Dialogue Interreligieux, avec une sœur catholique qui l’a beaucoup marqué et c’est pourquoi il désire poursuivre cette aventure qu’est le dialogue interreligieux.

Il a été particulièrement touché par notre connaissance et notre respect de sa religion et des pratiques qui y sont liées (aucune représentation de Dieu, selon les Tables de la Loi, peintures, sculptures, icônes, etc…) et notre modeste buffet cacher, dûment séparé du buffet traditionnel.

 

Nous sommes restés d’accord avec lui, nos amis Musulmans, notre Groupe, pour deux réunions espacées d’environ un mois pour chaque communauté et une rencontre interreligieuse tous les trois mois. Dates ont été prises pour le 17 décembre 2007, GDIR de Saint Ambroise et 10 février 2008, rencontre intercommunautaire.

Ensuite Hichem Bakri, dans le cadre de son groupe « Foi et Pratique », nous a expliqué leur désir, leurs démarches afin de former les jeunes Musulmans dans la connaissance de leur propre religion, dans la lecture approfondie de leurs Ecritures et éviter ainsi tout repli de ces jeunes dans leur communauté (comme dans une bulle) mais davantage d’ouverture à « l’Autre ».

Ce thème avait déjà été longuement développé par le Grand Rabbin René Samuel Sirat, Mgr Barbarin Primat des Gaules et M. Ghaleb BenCheik, Président de la C.M.R.P (Conférence Mondiale des Religions pour la Paix) en mars 2007, au Centre Communautaire Juif, rue Lafayette.

Le père Louveau, représentant les Catholiques, a été un interlocuteur de valeur, calme, mesuré, nous incitant à une cadence raisonnable pour les réunions de scrutation des Ecritures.

La réunion, commencée à 15h, s’est terminée vers 17h30 dans la paix et la joie de participer à une innovation concrète, en matière de dialogue interreligieux.

 

Josiane PERRONET

Membre du Conseil Pastoral Paroissial, co-responsable du Groupe de Dialogue Inter-Religieux de Saint-Ambroise (G.D.I.R)

Hervé-Elie Bokobza
Haydar Demiryurek
Jacques-Yves Bohbot
Père Francis Barjot
Père Jean-François Ribard
Alexandre Vigne
Cheikh Abdelkader Achour
Hichem Bakri
Pasteur Vincens Hubac
Père Jean Courtès
Pere Noel Tanazacq
Rabbin Gabriel Hagaï
Jacques Lefort
Pasteure Diane barraud
Père Jean Louveau
Serge Benhaïm
Lancement d’un dialogue interreligieux et civique de proximité – Eglise catholique Saint-Ambroise – Paris 11ème – 18 novembre 2007
Voter ici